L'Immobilier à Tahiti
27 Fév

Immobilier en Polynésie : Comment calculer la rentabilité locative d’un investissement ?

L’investissement locatif, c’est-à-dire le fait d’acheter un bien immobilier ou un logement pour le mettre ensuite en location, est sans doute l’un des meilleurs placements qui existent dans le domaine de l’immobilier. Il permet de se constituer un patrimoine financé à crédit, dont une partie du crédit pourra alors être remboursée grâce au loyer perçu. Mais pour s’assurer de faire un bon investissement, il est important de calculer avant tout la rentabilité locative.

Rentabilité brute ou nette

Il existe plusieurs méthodes pour calculer la rentabilité brute ou nette d’un investissement locatif. Mais pour faire plus simple, il suffit d’appliquer la formule suivante, notamment s’il s’agit de calculer la rentabilité brute : loyers mensuels x 12 x 100 / prix d’achat du bien immobilier. Dans ce cas, sachez que les différents frais et charges inhérents à la location n’ont pas été pris en compte. Idem pour les revenus, les frais d’entretien, assurances, impôts, etc., n’entrent pas non plus en  considération.

Raison pour laquelle il est toujours mieux de calculer la rentabilité nette de l’investissement locatif. Ce qui veut dire qu’il faudra prendre en ligne de compte tous les frais et charges liés à la location (taxes et impôts divers dont les revenus fonciers et impôt sur les transactions, travaux, charges, frais de gérance, etc. Ainsi, la formule à appliquer pour calculer la rentabilité nette : loyers mensuels – tous les frais et charges liés à la location x 12 x 100 / prix d’achat du bien immobilier. De manière générale, la rentabilité nette se situe souvent entre 3 et 4%. Certes, il peut y avoir une certaine plus-value, mais celle-ci fait l’objet d’une taxation.

L’investissement locatif dans les DOM-TOM

L’outre-mer bénéficie cependant de nombreux dispositifs de défiscalisation, ce qui rend l’investissement locatif dans les DOM-TOM particulièrement intéressant. En effet, on a par exemple la loi Duflot, applicable depuis janvier 2013, qui prévoit un taux de 29% de réduction d’impôt réparti sur 9 ans. On a également la loi Girardin pour les entreprises soumises à l’impôt sur les sociétés (IS), permettant de déduire du bénéfice le montant de l’investissement immobilier dans les DROM-COM. Le plafonnement global des niches fiscales constitue aussi un avantage, puisqu’il est fixé à 18.000 euros pour 2013 en outre-mer, contre 10.000 euros en France.

Voilà donc autant d’éléments à ajouter au niveau du calcul de la rentabilité d’un investissement locatif en outre-mer (Polynésie, Guadeloupe, Martinique, Mayotte, Guyane, La Réunion, Saint-Pierre-et-Miquelon, Wallis et Futuna, Saint-Barthélemy et Saint-Martin). Ce qui influerait certainement au niveau du taux de rentabilité de l’investissement

http://www.alliance-habitat.com/modele_bail.php

calcul rentabilité locative

 

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée